Jacques Zimmer présentera « Sade et le cinéma » ce jeudi à Hors-Circuit

Le service de presse de la Musardine et la joyeuse équipe de Hors-Circuits vous donnent rendez-vous le jeudi 30 septembre de 18h à 20h à l’occasion de la sortie du livre Sade et le cinéma, de Jacques Zimmer. L’auteur présentera son livre dans la boutique Hors-Circuits et répondra à toutes les questions que les cinéphiles pointilleux et érudits auront envie de lui poser.

L’adresse:
Hors-circuits
4 rue de Nemours
75011 Paris
(m° Parmentier/Oberkampf)
 
Plus d’informations sur http://www.horscircuits.com
 
Quelques mots sur le livre et son auteur

Sulfureux par ses actes comme par ses écrits, le marquis de Sade a inspiré de nombreux cinéastes: Pasolini, Brooks, Franco, Robbe-Grillet, Bunuel…
Sade et le cinéma se propose tout d’abord d’étudier, après les rares biographies globales, les films abordant des périodes précises de la vie du Marquis (les prisons, la Révolution, les asiles…), ainsi que des productions généralement fantastiques prolongeant son existence par des survivances, des héritiers, des réincarnations.

Dans une seconde partie ont été regroupées toutes les adaptations de ses romans : Pasolini ou Vadim y croisent Jacquot, Franco, Pierson, Scandelari ou Skorecki. En comparant la matière littéraire à sa transcription audiovisuelle, on mesure l’extrême difficulté du cinéma à égaler la crudité du texte et à en restituer l’esprit, que les scénarios soient transposés, actualisés ou traités dans leur contexte.

Enfin, l’auteur réserve un sort particulier à Luis Buñuel, lequel n’a jamais adapté directement Sade tout en construisant une filmographie littéralement hantée par le « Divin Marquis » dont il reconnut l’influence déterminante.
 
Journaliste, critique, réalisateur et ancien rédacteur en chef de La revue du Cinéma, Jacques Zimmer a écrit une vingtaine d’ouvrages. Outre une activité de « nègre biographe », il a abordé les grandes affaires criminelles (L’homme sans tête, l’Affaire Roman), la bande dessinée, mais surtout le cinéma, du culte des meilleurs auteurs (Orson Welles, Jean-Pierre Melville) à celui des grands acteurs (Marlon Brando, Michel Piccoli) en passant par des personnages mythiques (James Bond). Il s’est par ailleurs toujours passionné pour les divers aspects du cinéma érotique sous des titres éponymes : pour La Musardine, il a dirigé l’ouvrage collectif Le Cinéma X, paru en 2004.

Ce contenu a été publié dans Evènements, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>